Skip to main content

Les recherches autour du CBD se multiplient et viennent confirmer les effets bénéfiques de ce dernier sur de nombreuses pathologies. Traitement de la douleur, de l’inflammation ou encore de l’anxiété, le CBD serait même une solution contre les effets négatifs du THC et les crises d’épilepsie.

Nous savons que le CBD agit positivement sur les douleurs chroniques, l’inflammation, l’anxiété et les problèmes liés au stress, les nausées et les vomissements, les crises et les convulsions, les éruptions cutanées, l’eczéma ou l’acné (à retrouver dans cet article)… Les études se poursuivent et ses potentialités sont de plus prometteuses.

Le CBD : un anti-douleur

Un des principaux usages du CBD est le traitement de la douleur.

Il s’avère depuis une étude de l’Université de Syracuse publiée dans le journal Experimental and Clinical Psychopharmacology, que l’effet du CBD sur la douleur est double. Il ont en effet pu mesurer les effets du CBD lui-même, mais aussi le fait de savoir que l’on prenait du CBD.

L’étude à divisé les cobayes selon différent groupes :

– Ceux à qui on a prétendu donner du CBD actif, et à qui on a donné du CBD actif.
– Ceux à qui on a prétendu donner du CBD actif, et à qui on a donné du CBD inactif.
– Ceux à qui on a prétendu donner du CBD inactif, et à qui on a donné du CBD inactif (qui est le groupe de contrôle).
– Ceux à qui on a prétendu donner du CBD inactif, et à qui on a donné du CBD actif.

Les chercheurs ont alors observé les effets réels du CBD actif et les effets liés aux attentes provoquées par la conscience de la consommation de CBD. A la fois l’effet réel et l’effet attendu.

Ils ont relevé par exemple que les groupes qui avaient conscience de consommer du CBD actif ressentaient moins la douleur, quelle que soit la substance donnée et que cette réduction s’avérait plus forte lorsque le CBD donné était actif.

L’étude conclut que les niveaux de douleurs peuvent être différemment affectés par le CBD et/ou les attentes pour recevoir du CBD.

Prendre du CBD et en avoir conscience, le double effet Kiss Cool du cannabidiol.

La réduction des crises d’épilepsie

Alors que le THC provoquerait chez certains individus des crises d’épilepsie, le CBD en reduirait les risques chez les adolescents.

L’équipe internationale (Suisses, Italiens, Autrichiens) qui a mené cette étude est partie du constat qu’un tiers des patients ayant un traitement adapté font tout de même des crises sévères. Le but de cette étude était de mesurer l’effet du CBD sur la réduction de ces crises.

550 patients touchés par les syndromes de Lennox-Gastaut (SLG) ou de Dravet (2 formes sévères d’épilepsie chez les enfants et adolescents) ont participé à l’expérience.

Les chercheurs ont observé une baisse du nombre de crises de moitié pour 37.2 % des personnes ayant reçu 20 mg de CBD (par kilo de poids et par jour) et pour 21.2 % des personnes ayant reçu un placebo.

L’étude conclut que la prise de CBD chez de jeunes patients atteints des syndromes de Lennox-Gastaut ou de Dravet et présentant des crises non contrôlées malgré un traitement antiépileptique, participe à réduire de façon plus significative le nombre de crises qu’un placebo.

Un peu d’espoir pour les personnes épileptiques qui, malgré un traitement adapté, continuent à faire des crises sévères. Le CD aidera à les réduire.

Protéger le cerveau des effets du THC

Ici, les chercheurs se sont penchés dans leur étude sur l’hypothèse que les effets du CBD pourraient contrebalancer les effets négatifs du THC, la substance psychotrope du cannabis.

Pour les besoins de l’étude, ils ont observé les effets de 2 types de cannabis et un placebo sur le cerveau humain à l’aide d’IRM (Imagerie à Résonance Magnétique).

17 personnes ont participé à l’étude, sans être des consommateurs réguliers de cannabis, ils en avaient déjà fait l’expérience. Ils ont alors été soumis à 3 types de traitements :

– Un groupe à qui on a fait consommer du cannabis avec du THC.
– Un groupe à qui on a fait consommer du cannabis avec du THC et du CBD.
– Un groupe à qui on a fait consommer un placébo.

Les chercheurs ont ensuite observé par IRM les cerveaux des participants au repos.

Ils ont alors observé que la consommation de THC perturbe les influx nerveux au niveau du cerveau et plus précisément au niveau du CCP, le cortex cingulaire postérieur. Mais surtout que le CBD restaure en partie les perturbations provoquées par le THC, ce qui peut expliquer son potentiel à traiter les troubles tels que la psychose et la dépendance provoqués par la consommation de THC.

On peut relever que le nombre de participants à l’étude est relativement restreint, nous espérons avoir des études plus approfondies prochainement.

En conclusion,

Les effets positifs du CBD ne cessent d’augmenter au fur et à mesure que la science se penche sur le sujet. Ne pas croire cependant que l’on peut fumer du THC en se disant que le CBD aidera à en réduire les effets négatifs.
Des études qui peuvent donner espoir aux épileptiques, mais aussi à la lutte contre l’addiction et les effets négatifs du THC.
Nous n’avons pas fini d’en parler.

  1. The effects of cannabidiol and analgesic expectancies on experimental pain reactivity in healthy adults: A balanced placebo design trial. : https://psycnet.apa.org/record/2021-38598-001
  2. Efficacy and Safety of Cannabidiol in Epilepsy: A Systematic Review and Meta-Analysis : https://link.springer.com/article/10.1007/s40265-018-0992-5
  3. Dissociable effects of cannabis with and without cannabidiol on the human brain’s resting-state functional connectivity : https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0269881119841568?journalCode=jopa

Leave a Reply