Skip to main content

Si Tonton David chantait “Ils ont appelé la police pour moi, ils disaient qu’en bas d’chez moi, ça sentait la ganja !”: c’était à cause des terpènes ! Vous ne l’avez pas vu, vous ne l’avez pas encore touché, mais vous l’avez senti. Sans terpènes, pas d’odeur et pas de goût. Explications.

Les terpènes, le goût et l'odeur

Commençons par donner une définition simple des terpènes : “Les terpènes sont des hydrocarbures avec de petites unités d’isoprène liées les unes aux autres pour former des chaînes, tandis que les terpénoïdes sont des terpènes contenant de l’oxygène…” Ok, tout le monde n’est pas chimiste ici, reprenons !

Ok, les terpènes sont les molécules d’hydrocarbure (formées de carbone et d’hydrogène) responsables de l’odeur et du goût des plantes. Après extraction, on les retrouve en forte concentration dans les huiles essentielles par exemple. Le menthol et le camphre sont des terpènes que vous connaissez déjà, mais ceux qui nous intéressent, sont propres aux cannabinoïdes contenus dans le cannabis.

Le goût et l’odeur

Rappelons  pour la petite histoire, que ces terpènes, avant leur usage marketing, ont d’abord été utilisés pour entraîner les chiens renifleurs à facilement retrouver la petite boulette cachée dans la chaussette… Cela rappellera peut-être des souvenirs à certains !

Les terpènes déterminent bien l’odeur et le goût des plantes, et à l’intérieur de ces plantes, les différentes variétés. Les chiens des douanes savent en différencier plein !

Vous le savez, la première impression est souvent la meilleure, et l’odeur, avec peut-être la vue, sera le premier sens qui interviendra dans la démarche d’achat de vos produits (odeur de mangue, de citron, de pin…). D’où un combat acharné sur le marché du CBD qui, grâce à un bon usage des terpènes (entre autres), pourrait grossir de 20 milliards de dollars US d’ici 2024 (1)… Impressionnant.

Les terpènes, le goût et l'odeur

Les marques veulent se faire bien voir, et bien se faire sentir, dès la première effluve venant chatouiller les narines. Rappelez-vous les réactions et les sensations de faim que peuvent déclencher l’odeur d’une boulangerie ou d’un fast-food… Presque pavlovien…

Le problème commence à la frontière entre terpènes naturels contenus dans la plante et l’ajout de terpènes qui ont été extraits de plantes. Certains produits deviennent des compositions, des recettes pour favoriser telle ou telle odeur, peut-importe la qualité du produit de départ, de la plante originale, que l’on peut ainsi “maquiller”, modifier.

L’ajout de terpènes est aujourd’hui très fréquent et la qualité des produits peut s’en trouver masquée. Tout comme les exhausteurs de goûts dans l’alimentation, l’ajout de terpènes peut venir cacher la médiocrité du produit d’origine. Vous aimez certains bonbons, gâteaux ou autres boissons gazeuses ? Avouez que ce n’est pas pour la qualité des ingrédients que vous consommez ces produits mais pour le goût et la sensation qu’ils procurent.

C’est la même chose pour le CBD, et sur Cannalogy, vous pouvez vous assurer que nous mettons l’accent sur la qualité des produits naturels, des fleurs aux saveurs et aux fragrances naturelles, sélectionnées avec soin et attention.

L’action des terpènes sur les effets du CBD

Dans la nature, les terpènes permettent aux plantes d’agir avec leur environnement. En effet, ils sont responsables de la défense et de l’interaction avec les herbivores et les parasites. Leur odeur et/ou leur goût, peut protéger les plantes de certains prédateurs tout comme la couleur rouge d’un champignon peut nous indiquer sa toxicité.

On retrouve 4 types principaux de terpènes/terpénoïdes (les terpènes sont composés de carbone et d’hydrogène, alors que les terpénoïdes ont subi une transformation chimique notamment par une oxydation)  dans le cannabis (il en existe beaucoup d’autres) :

  • – Le limonène, il est responsable de l’odeur des agrumes, ce serait un agent anti-cancéreux (2).
  • – Le pinène, c’est le terpène le plus courant dans la nature, son odeur ressemble à celle des sapins. Antioxydant puissant, il est anti-inflammatoire et anticancérigène.
  • – Le myrcène aux arômes de clou de girofle qui a des effets relaxants sur les fibres musculaires, anti-inflammatoires et sédatifs.
  • – Et le beta-Caryophyllène à la réputation anti-douleur : il a des effets anti-inflammatoires, antiviraux, antispasmodiques et s’avère efficace contre les colopathies ou autres colites (inflammations du côlon).

Nous avons déjà parlé de l’effet d’entourage. Nous pourrions le comparer à une équipe de sport où l’interaction entre les joueurs et l’addition de leurs techniques et de leurs qualités procurent des effets positifs qu’il serait impossible d’obtenir avec des joueurs isolés.

Certains terpènes participent à l’amélioration des effets des cannabinoïdes comme le cannabidiol (CBD) et créent une synergie se crée par l’association de tel ou tel terpène avec tel ou tel cannabinoïde (3).

L’effet de votre produit à base de CBD (fleur ,huile, crème…), sera alors déterminé par les interactions entre les différents terpènes et cannabinoïdes présents dans la plante, ainsi que leur taux.

Ces terpènes se trouvant en plus grande quantité dans la fleur (elle sent plus fort que le reste de la plante, ce qui indique la forte présence de terpènes), il est bien normal que cette partie de la plante en soit la plus noble.

Notez d’ailleurs que le cannabis récréatif, avec du THC, contient plus de terpènes que le chanvre cultivé pour le CBD ou sa fibre synthétique, d’où des effets plus forts du fait de la présence du THC, mais des effets cachés par les effets psychoactifs du THC.

L’extraction des terpènes

De nombreuses méthodes d’extraction des terpènes ont été mises en place mais 2 des plus courantes sont l’hydrodistillation et vapo-distillation. La première avec de l’eau, la seconde avec de la vapeur, les 2 méthodes étant très proches (4).

Les huiles essentielles en sont de bons exemples, car elles sont le plus souvent hydrodistillées, le principe étant d’extraire les terpènes et de les concentrer par la suite dans une solution aqueuse.

Vous avez un micro-onde ? Parce que c’est également une technique d’extraction des terpènes (la MAE, Microwave Assisted Extraction), et c’est celle qui favorise, si l’irradiation est élevée et si le temps d’extraction relativement long permet, la plus forte quantité extraite de terpènes mais aussi de CBD. Le rendement est bien meilleur que pour les 2 autres techniques d’hydro-distillation ou par vapeur sèche.

Les terpènes, le goût et l'odeur

L’usage de “fluides supercritiques”, souvent le dioxyde de carbone (CO2), est aussi très courant, ce qui permet un coût minimal et évite la présence de solvants toxiques résiduels.

C’est semble-t-il la meilleure technique pour récupérer les terpènes car elle utilise des températures plus faibles et conserve ainsi toutes les vertus de la plante originale.

L’usage de solvants est également très courant, mais ce procédé demande une deuxième opération pour s’assurer qu’aucun solvant ne reste dans le produit final. Les solvants utilisés couramment sont l’alcool , le propane ou le butane (si si !) et sont d’origine naturelle.

Faire le bon choix

Il est donc facile de conclure que sans la présence de terpènes, pas d’odeur, pas de goûts, et beaucoup moins d’effets. Il faut également relever que l’usage de ces terpènes peuvent, comme dans l’industrie agroalimentaire créer des produits de toute pièce.

Nous vous conseillons donc toujours de vous orienter vers des produits naturels, sans ajout de terpènes qui dénaturent rapidement les produits.

Chez Cannalogy, un produit sain et original dont l’origine naturelle et un mode de production attentif auront participé à l’optimisation du produit, sera toujours préférable à un produit de laboratoire.

Une bonne odeur et de la saveur oui, mais de façon naturelle !

Pour aller plus loin

Nous vous conseillons la lecture, in english, de cette étude de l’université thaïlandaise Chiang Mai University : The Cannabis Terpenes.

  1. Koby M. How Terpenes Could Revolutionize the Cannabis Industry as We Know It in Innovators. Entrepreneur Media, Inc.; Irvine, CA, USA: 2020.
  2. Crowell Pl., Prevention and therapy of cancer by dietary monoterpenes, J. Nutr., mars 1999, 129(3):775S-778S, PMID 10082788 [archive].
  3. Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects :https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21749363/
  4. The Cannabis Terpenes : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7763918/

Leave a Reply